Le Black Friday 2021 ne parvient pas à égaler le record de 2020

6. Décembre 2021 (in Deutsch / in English)

Comme les années précédentes, le Black Friday marque le début des dernières semaines d’affaires avant les fêtes de fin d’année. Au vu des chiffres de Monitoring Consumption Switzerland, cela est particulièrement frappant dans la catégorie des commerçants de ventes de détail (sauf alimentation, nommée “autres commerces de détail” par MCS) : par rapport à la semaine précédente, le chiffre d’affaires augmente fortement de 51% à 621MCHF et atteint son niveau le plus élevé de l’année en cours. Le chiffre d’affaires du vendredi 26 novembre, connu comme Black Friday, est supérieur de 245% par rapport à celui du vendredi précédent (167 MCHF contre 66 MCHF). Il s’agit de paiements effectués par cartes de crédit, cartes de débit et paiements mobiles, aussi bien en magasin qu’en ligne.

En comparaison avec l’année 2020 (vendredi 27 novembre 2020 = 176 MCHF), le chiffre d’affaires du Black Friday est toutefois un peu plus faible cette année (-5%, voir graphique 1). Ce recul contraste avec une augmentation de 4% des ventes tous jours confondus en novembre 2021 avant le Black Friday par rapport à la même période de novembre 2020.

Graphique 1 : Chiffre d’affaire quotidien du commerce de détail non alimentaire avec des paiement par cartes (cartes de débit/crédit) et les paiements mobiles, novembre 2021 et 2020.

Comme l’année dernière, le Black Friday 2021 génère des ventes relativement plus importantes dans l’e-commerce. Ainsi, la part de l’e-commerce dans la catégorie “Autres marchandise du commerce de détail” passe à 27% le vendredi 26 novembre 2021, contre 11% la semaine précédente. Le chiffre d’affaires du e-commerce lors du Black Friday a toutefois nettement diminué par rapport à l’année précédente (2021 : 45 MCHF ; 2020 : 56 MCHF). En revanche, le chiffre d’affaires du commerce physique est resté stable.

Comment expliquer le recul du chiffre d’affaires du e-commerce lors du Black Friday par rapport à l’année précédente ? Il est possible que les consommateurs(-trices) aient prévu cette année de faire leurs achats dans des magasins physiques en raison des nouvelles conditions de la pandémie et qu’ils aient donc moins recouru aux offres en ligne. Toutefois, des effets du côté de l’offre sont également possibles: il se peut par exemple que les fameux goulots d’étranglement en matière de livraison aient entraîné des offres comparativement moins attrayantes lors du Black Friday.

Enfin, il est également possible que le changement observé dans le chiffre d’affaires «Retail : Other Goods (E-commerce)» soit dû à des décalages dans la saisie des commerçants dans nos données.